L’équipe / The Team

Responsables :

Corine Defrance est est responsable scientifique de l’axe 5, directeur de recherche au CNRS, et membre de l’UMR IRICE.  Elle travaille sur les sujets suivants : Comparaison, Échanges, Transferts dans les relations franco-allemandes ; Société(s) allemande(s) d’après-guerre ; Histoire des universités, de la recherche et des politiques scientifiques en France et en Allemagne au XXe siècle.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article114

François-Xavier Nérard est responsable de l’axe 5, maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’Institut Pierre Renouvin et du Centre de recherche sur l’histoire des Slaves.  Il travaille sur l’histoire slave stalinienne et bolchevique, et s’intéresse surtout à la dénonciation, aux violences, à leur commémoration et à leur mémoire.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article889

 

Membres et associés :

Alya Aglan est professeur d’histoire contemporaine (guerre, politique et sociétés XIXe-XXe siècle) à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’UMR IRICE et de l’Institut Guerre et Paix (Paris 1), spécialiste de la Seconde Guerre mondiale (Résistances, Vichy, Occupation). En co-direction avec Robert Frank, elle prépare une histoire mondiale de la Seconde guerre, ouvrage collectif en trois volumes, à paraître chez Gallimard (Folio) en 2015. Avec Jean-Michel Guieu et Johann Chapoutot, une histoire franco-allemande des années 30 à 1945 (WBG, à paraître) ainsi qu’une synthèse sur la France de Vichy pour les éditions du Seuil.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article385

James Connolly est maître de conférences en histoire contemporaine (Lecturer in Modern European History) à l’Université de Manchester.  Il était post-doctorant, chargé de la coordination de l’axe 5, d’avril 2013 à septembre 2014.  Il s’intéresse à l’occupation du nord de la France pendant la Première Guerre mondiale, surtout aux idées de résistance, collaboration, criminalité et mémoire.  Il s’intéresse plus généralement aux occupations et à l’histoire française et européenne contemporaine.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article977

Anne Couderc est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle travaille sur l’histoire de la Grèce et des Balkans (XIX-XXe siècles), l’histoire de la formation de l’État-nation dans les Balkans, et l’histoire de la Grèce dans les relations internationales.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article202

Emmanuelle Danchin est docteur en histoire contemporaine et en histoire, art et archéologie, chercheur partenaire à l’IRICE, UMR 8138. Ses travaux ont porté sur les destructions matérielles de la Grande Guerre. Au-delà de ce travail sur les ruines de guerre, elle s’intéresse au patrimoine, aux représentations photographiques de ruines et de vestiges et à la question de leur conservation. Elle travaille actuellement sur les traces mémorielles à travers la constitution des espaces de mémoire.

Isabelle Davion est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris IV, chercheur associé au Service Historique de la Défense et membre de l’UMR IRICE.  Elle travaille sur l’histoire des Relations internationales, histoire diplomatique et stratégique, la Première guerre mondiale, la Seconde guerre mondiale, la Guerre froide, et l’histoire politique et sociale.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article473

Frédéric Dessberg est agrégé et docteur en histoire, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, en détachement aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan où il enseigne l’histoire des relations internationales.  Il est responsable du pôle « Défense et sécurité européennes » au CREC Saint-Cyr, membre de l’UMR IRICE. Il est également titulaire de la Chaire européenne Jean Monnet « Défense et sécurité européennes ». Sa recherche porte principalement sur la politique de la France en Europe centrale et orientale entre les deux guerres mondiales et sur les coopérations militaires en Europe.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article403

Olivier Forcade est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne, président du Sénat Académique, professeur délégué à la valorisation, à la documentation et aux publications de l’Université Paris-Sorbonne, directeur des Presses de l’Université Paris-Sorbonne (PUPS), et directeur de la Maison de la recherche de Paris-Sorbonne. Il est aussi co-directeur de la collection « Mondes contemporains » aux Presses de l’Université Paris-Sorbonne et de la collection « le Grand Jeu » chez nouveau monde éditions. Il siège au comité de rédaction de plusieurs revues dont Res Militaris, Revue historique des armées, Cahiers de la Sécurité (INHESJ), Intelligence and National Security (Frank Cass).  Il travaille sur la guerre de 1914-1918 et les relations internationales dans le premier XXe siècle. Ses thématiques principales de recherche : armées, États et sociétés dans le système international ; information et renseignement dans les relations internationales au XXe siècle.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article408

Catherine Horel est directrice de recherche au CNRS. Membre de l’UMR IRICE (Axe 1), elle est spécialiste de l’Europe centrale contemporaine (XIXe-XXe siècles) et enseigne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne au sein du Centre de recherche sur l’Europe  centrale contemporaine (Institut Pierre Renouvin). Elle s’intéresse plus particulièrement aux structures socio-politiques de l’empire des Habsbourg (armée, communautés juives) et à l’histoire urbaine. Dans l’axe 5 du LabEx, elle s’occupe des thématiques liées à la culture mémorielle.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article22

Rainer Hudemann est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris-Sorbonne et titulaire de la chaire d’histoire contemporaine et du temps présent à l’Université de la Sarre. Il consacre ses recherches et ses enseignements à l’histoire de l’Europe occidentale au XXe siècle, notamment : Histoire allemande et française aux XIXe et XXe siècles ; Relations franco-allemandes ; Élites en France et en Allemagne ; Histoire de la politique sociale ; Histoire des partis politiques ; Histoire de l’Intégration européenne ; Fascismes en Europe ; Histoire urbaine dans une perspective comparative ; Structures de processus de transfert en Europe.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article653

Mathieu Jestin est post-doctorant de l’axe 5 « l’Europe des guerres et des traces de guerres » du LabEx EHNE et chercheur associe de l’UMR IRICE. Docteur en histoire contemporaine des relations internationales de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en association avec l’École française d’Athènes, il travaille sur les relations franco-ottomanes au XIXe siècle et sur l’émergence et la structuration de la diplomatie consulaire depuis le XIXe siècle et ce, dans sa dimension totale : politique, économique, juridique, culturelle, ou encore prosopographique. Sa thèse porte sur « Le consulat de France à Salonique de 1781 à 1913 ». Ses projets actuels visent à l’élargissement de ses travaux au XXe siècle et à la comparaison des situations consulaires européennes. Il approfondit également ses réflexions sur l’histoire des représentations, notamment de la guerre, à travers des médiateurs tels que les diplomates, les archéologues mais aussi les photoreporters, les correspondants de guerre ou encore les artistes.

http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article669

Barbara Lambauer est chercheur associée à l’UMR IRICE. Ses travaux portent notamment sur la Seconde guerre mondiale en France et en Europe : l’entrée en guerre, la Collaboration, la politique culturelle allemande sous l’Occupation, la répression contre les mouvements de résistance en Europe et la persécution des Juifs en France, Belgique et Luxembourg. Elle a également rédigé l’appareil critique de la version française des Journaux de Joseph Goebbels (période de 1933 à 1942). Elle est actuellement collaboratrice scientifique du projet éditorial « La persécution et l’assassinat des Juifs d’Europe » (Editionsprojekt « Verfolgung und Ermordung der europäischen Juden 1933-1945 », Berlin-Munich-Fribourg).
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article475

Antoine Marès est Professeur d’histoire de l’Europe centrale à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et membre du conseil scientifique de l’UMR IRICE, Antoine Marès dirige le GDR « Connaissance de l’Europe médiane » (CNRS) et la revue Relations internationales. Parmi ses publications, Histoire des Tchèques et des Slovaques (Tempus, 2005) ; La Tchécoslovaquie, sismographe de l’Europe (dir.), (IES, 2009) ; Les intellectuels de l’Est exilés en France (co-éd.), (IES, 2011) ; Edvard Beneš, de la gloire à l’abîme. Un drame centre Hitler et Staline, (Perrin, 2015). http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article125

Élise Petit est agrégée de Musique et docteur en Histoire de la Musique. Ses travaux portent sur les politiques musicales dans l’Allemagne du XXe siècle, de la fin de la Première Guerre mondiale à la Réunification, et à la question de la construction identitaire par la musique. Elle analyse notamment les processus de reconstruction musicale au sortir des grands conflits mondiaux. Elle étudie également les enjeux de la création et des politiques musicales dans le contexte de la Guerre froide en Allemagne.

Marie-Pierre Rey est professeur d’histoire russe et soviétique, directrice du Centre de recherches sur l’histoire des Slaves, Directrice adjointe de l’UMR IRICE (Paris I, Paris IV, CNRS), et Directrice de l’Institut Pierre Renouvin.  Elle travaille sur l’histoire russe aux IXe et XX siècle, ainsi que l’histoire napoléonienne et l’histoire diplomatique européenne.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article120

Claire Sanderson est professeur à l’université de Reims. Spécialiste de la politique étrangère britannique au XXe siècle, ses recherches portent sur la diplomatie et politique de défense britanniques, sur les relations diplomatiques et militaires entre la France et la Grande-Bretagne, et sur la Grande-Bretagne dans les relations internationales (notamment en Asie).

http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article196

Bettina Severin-Barboutie est boursière « Feodor Lynen » de la fondation Alexander von Humboldt à l’UMR IRICE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et parallèlement chercheuse invitée auprès de l’Institut historique allemand à Paris. Membre du LabEx EHNE, elle est docteure en histoire contemporaine. Elle travaille sur l’histoire des XIXe  et XXe siècles dans une perspective croisée et de longue durée avec un intérêt tout particulier pour l’époque napoléonienne en Europe, les questions de mobilités et de migrations, l’histoire de la ville et de la culture populaire. Ses projets actuels portent sur l’histoire comparée des migrations à Stuttgart et à Lyon après 1945, les déplacements en temps de guerre et de sorties de guerre, les familles et couples transnationaux ainsi que la guerre dans la bande dessinée. Parmi ses dernières publications : Bettina SEVERIN-BARBOUTIE, « Historische Migrationsforschung auf dem Prüfstand », 2014, URL: http://www.zeithistorische-forschungen.de/sites/default/files/medien/material/2005-3/Severin-Barboutie_2014.pdf.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article1097

Philippe Vial est professeur agrégé hors classe, en détachement au ministère de la Défense.  Il est Conseiller scientifique du département études et enseignement du Service historique de la Défense (Secrétariat général pour l’administration / Direction de la mémoire du patrimoine et des archives) ; Chercheur associé à l’UMR IRICE (Paris I, Paris IV, CNRS) ; Membre du groupement d’intérêt scientifique d’histoire maritime (CNRS) ; et Auditeur de la 66e session nationale « politique de défense » de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN).  Il s’intéresse à : l’histoire des militaires français dans les relations internationales, plus spécialement celle de leurs chefs en politique extérieure (XIXe-XXe siècles) ;l’histoire de la dimension militaire de l’Etat en France, plus spécialement celle du système politico-militaire (hommes, structures, pratiques) depuis 1870 ; l’histoire des élites militaires françaises, plus particulièrement celle de leurs chefs (sélection, formation, emploi) : XIXe-XXe siècles ; l’histoire de la marine de guerre française depuis 1870 dans l’ensemble de ses déclinaisons ; l’histoire de la construction européenne depuis 1945, spécialement sa dimension politico-militaire (Union occidentale, OTAN, CED, UEO) ; l’histoire de la crise de Suez de 1956.

http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article433

Fabrice Virgili est directeur de recherche au CNRS et directeur adjoint de l’UMR IRICE. Il travaille sur l’effet des guerres mondiales sur les relations entre hommes et femmes. Parmi ses thème de recherche : Guerres, violences et sexualité, les enfants nés de couples franco-allemands pendant la Seconde Guerre mondiale, les violences conjugales. Il est membre du comité de rédaction de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire et du CA de l’association Mnémosyne.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article21

Annette Wieviorka est ancienne directrice de recherche au CNRS. Elle travaille sur la Shoah et sa mémoire, l’histoire des Juifs, les génocides et les violences de guerres, les crimes contre l’humanité, le travail de l’historien, ainsi que la gauche politique.
http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article115