appel à communications : Guerre et déplacements de populations. Regards croisés sur l’Europe aux 19e et 20e siècles, propositions attendues pour le 7 décembre 2014 maximum

Guerre et déplacements de populations. Regards croisés sur l’Europe aux 19e et 20e siècles

 

Lieu et date : Institut historique allemand Paris, 9-10 Avril 2015

Organisatrice : Bettina Severin-Barboutie

Les propositions de communication (max. 500 mots), accompagnées d’un bref CV (max. 1 page), sont à envoyer à bseverin-barboutie@dhi-paris.fr avant le 7 décembre 2014. Les jeunes chercheurs/chercheuses sont explicitement convié(e)s à proposer une contribution.

document à consulter ci-après : JE Déplacement appel à communications

 

Colloque international de l’Institut historique allemand Paris en coopération avec le Laboratoire d’Excellence « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (EHNE) ainsi que l’office allemand d’échanges universitaires (DAAD)

 

ARGUMENTAIRE

La guerre a toujours été une cause majeure de mouvements de troupes et de populations civiles, faisant de la mobilité une expérience largement partagée. L’arrivée en Europe des réfugiés des zones de guerre en Irak et en Syrie à l’heure actuelle est le dernier exemple de ce phénomène. En revanche, les raisons, les formes, ainsi que les effets et conséquences de ces déplacements en temps de guerre ont varié au fil du temps tout comme les formes de mobilités se sont superposées ou succédées dans le même espace voire au cours d’une et même vie.

La recherche historique sur les déplacements de populations en temps de guerre s’est surtout focalisée sur les différentes formes de déplacements forcés au 20e siècle avec un intérêt tout particulier pour les expulsés et réfugiés pendant et après les deux guerres mondiales. S’inscrivant dans une collaboration entre l’Institut historique allemand Paris et l’axe 5 « L’Europe des guerres et des traces de guerres » du Laboratoire d’Excellence EHNE, le colloque voudrait élargir cette perspective en s’interrogeant sur les convergences et divergences des déplacements de populations en temps de guerre de façon systématique et dans une perspective de longue durée, c’est-à-dire au 19ainsi qu’au 20e siècles.

Quatre questions sont au cœur de cette investigation (sans être exclusives pour autant) et peuvent être analysées sous l’angle d’histoire sociale, culturelle, économique ou politique, à travers hommes, femmes et/ou enfants, dans une perspective de victime/coupable, etc. :

Premièrement, les déplacements de population comme légitimation de la guerre ou la guerre pour légitimer des déplacements, tels que ceux engendrés par l’expulsion d’anciens immigrés pour des raisons de sécurité (les immigrés des pays germaniques en France pendant la guerre de 1870/71 entre autres).

Deuxièmement, les populations déplacées comme armes de guerre (en l’occurrence les troupes militaires ainsi ceux qui les accompagnaient au fur et à mesure, mais aussi les colons servant à (re)peupler un territoire, les personnes forcées de travailler dans l’économie en guerre, etc.), comme armes contre la guerre (déserteurs, réfugiés, etc.) ou bien comme l’un et l’autre comme cela pouvait être le cas des prisonniers de guerre.

Troisièmement, les déplacements de populations comme instruments pour sortir des conflits militaires ou pour faire la paix, tels que les transferts de population, le droit d’option (pour les Alsaciens après 1871), le rapatriement, etc.

Quatrièmement, les phénomènes de sédentarité, de sédentarisation ou l’assignation territoriale temporaire corrélant avec les déplacements de populations en temps de guerre (la protection des minorités ou l’internement dans des camps, pour ne citer que ceux-ci).

Les propositions de communication (max. 500 mots), accompagnées d’un bref CV (max. 1 page), sont à envoyer à bseverin-barboutie@dhi-paris.fr avant le 7 décembre 2014. Les jeunes chercheurs/chercheuses sont explicitement convié(e)s à proposer une contribution.

Les frais de transport et d’hébergement des participants sont pris en charge. Les langues de travail du colloque seront l’allemand, l’anglais et le français.

 

War and population movements. A cross examination of Europe in the 19th and 20th century

International Conference of the German Historical Institute Paris in cooperation with the Research Center of Excellence « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (EHNE) and the German Academic Exchange Service (DAAD)

Place and date: German Historical Institute Paris, April 9-10, 2015

Organizer: Bettina Severin-Barboutie

Military conflicts have always been a major reason for the movement of troops as well as of civilians making mobility an experience widely shared. The current arrival of refugees from the war zones of Iraq and Syria is the latest example of this phenomenon. However, the reasons, types, and effects of population movements linked to wars have differed over time just as different forms of mobility have overlapped or followed each other in the same space or even along one single life.

Historical research on war and population movements in Europe has predominantly focused on different types of forced migration in the 20th century with a particular interest in expellees and refugees during and after World War I and World War II. Embedded in a cooperation between the German Historical Institute Paris and the research strand 5 »Europe of wars and marks of war« of the Research Center of Excellence EHNE, the conference seeks to shift towards a more systematic exploration of the role population movements played in military conflicts by investigating convergences and divergences in a long-term perspective, that is in the 19th and in the 20th century. The following questions will be at the core of this investigation (but are not limited to it) and can be approached from a social, cultural, economic or political angle, through men, women and/or children, in a victim/offender perspective, etc.

First, population displacement as a legitimization to wage war or war as a legitimization for displacements such as the expulsion of former immigrants for security reasons (immigrants from member states of the German confederation states in France in 1870/71 for instance).

Second, displaced individuals and populations as weapons of war (above all the troops and all those accompanying them over time, but also deportees, settlers, forced laborers, etc.), as weapons against war (deserters, refugees, etc.) or as both as this could be the case for war prisoners.

Third, population movements as instruments to bring hostilities to an end or to make peace, for example the transfer of populations, the right of choice (for Alsatians after 1871), the repatriation, etc.

Fourth, moments of sedentariness, settlement or temporary territorial assignment correlating with the movement or displacement of individuals and populations in times of wars (the protection of minorities or the detainment in camps for instance).

Please send your abstract (max. 500 words) as well as a short biography (max. 1 page) to bseverin-barboutie@dhi-paris.fr before December 7, 2014. Young scholars are particularly invited to submit a proposal.

Expenses for travelling and accommodation of the participants will be covered. Conference languages will be English, French and German.

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *