Annonce de colloque – “La fin de l’Autriche-Hongrie : une victoire des nationalités ?” (Paris, 22-23 mai 2014)

 

 

Colloque international

Organisé par l’axe 5 du Labex EHNE en partenariat avec le Forum culturel autrichien, l’Ambassade de Croatie, l’Institut Hongrois, le GDR Connaissances de l’Europe médiane, et l’Université Paris IV

La fin de l’Autriche-Hongrie :

une victoire des nationalités ?

 

Paris, 22-23 mai 2014

Durant la Première Guerre mondiale, la question nationale prend dans l’empire des Habsbourg une dimension accrue. Les revendications de ses diverses nationalités se cristallisent à l’intérieur comme à l’extérieur de la monarchie. Les irrédentismes italien, slave du sud, roumain, trouvent un écho auprès de l’Entente qui promet des satisfactions territoriales en cas de victoire. L’entrée en guerre de l’Italie en 1915 et de la Roumanie en 1916 permet à certains de préciser leurs exigences. Dans le même temps, la question tchéco-slovaque est perçue par les Alliés comme un levier pouvant affaiblir l’Empire. L’idée yougoslave progresse également grâce à la résistance de la Serbie. Sur le front, toutefois, l’unité de l’armée impériale n’est pas mise en péril par les conflits nationaux. Il est donc nécessaire d’établir une distinction entre l’agitation politique et les démarches effectuées par des leaders émigrés auprès de l’Entente, et la situation réelle au sein de l’ensemble multinational.

Longtemps considérée comme un facteur d’équilibre du concert européen, la monarchie des Habsbourg est apparue comme un élément nécessaire dont la préservation allait dans l’intérêt des puissances. Or le concert européen se délite progressivement dans la première décennie du XXe siècle et dans le même temps, les identités nationales s’articulent autour de projets politiques qui vont à l’encontre du modèle supranational représenté par l’Autriche-Hongrie. La création d’États nations est incompatible avec sa préservation et les divers projets de fédéralisation ne parviennent pas à contourner la difficulté de concilier identités et territoires.

Les décideurs de l’Entente finissent par envisager un possible démantèlement de la monarchie en plusieurs entités – pour certaines nouvelles – nationales. Parallèlement, la guerre se prolonge et la situation de l’Empire – économique surtout – s’aggrave, bien que le front tienne toujours. La destruction de l’ensemble habsbourgeois est essentiellement l’œuvre de facteurs internes (durée de la guerre, pénuries, problèmes de ravitaillement, mécontentement social) que viennent renforcer les difficultés sur le front et le travail de sape des représentants des nationalités auprès des Alliés.

L’effondrement de la monarchie des Habsbourg et son remplacement par des États successeurs a été représenté dans la plupart d’entre eux comme un triomphe des nationalités sur un Empire obsolète, oppresseur et catholique qui ne correspondait plus au Zeitgeist. Or la victoire des nations se révèle bien plus complexe que sa présentation par la propagande (par delà l’entre-deux-guerres et l’après 1945, tous régimes confondus). D’une part l’intégration d’entités différentes dans des États déjà constitués (Italie, Roumanie), refondus (Yougoslavie), créés (Tchécoslovaquie), recréés (Pologne) ou au contraire amoindris (Autriche et Hongrie) pose problème, d’autre part certains « vainqueurs » se sentent au contraire placés dans une position de « vaincus «  (anciennes majorités devenues minorités, frustrations territoriales).

Le présent colloque a pour but de faire le point sur la question nationale à la veille, durant et à la fin de la guerre. Peut-on parler en effet d’une « victoire des nations » et d’une « défaite de l’idée supranationale » ? Les projets fédéralistes qui naissent dans l’entre-deux-guerres ne sont-ils pas révélateurs de la nécessité pour certains de revenir à une communauté de destins ? Les traces de la « victoire » chez certains et de la « défaite » chez d’autres sont encore durables et ont imprégné le discours depuis lors. Les participants réfléchiront également sur cette empreinte, tant dans l’historiographie que dans la mémoire collective.

 

PROGRAMME

Jeudi 22 mai 2014

Institut hongrois

92 rue Bonaparte 75 006

 

L’Autriche-Hongrie supranationale : un modèle vaincu ?

17h00

Modération : Balázs Ablonczy, directeur de l’Institut hongrois

Franjo Šanjek O. P. (université de Zagreb), « L’église catholique et la supranationalité dans l’empire austro-hongrois »

Jean-Paul Bled (Professeur émérite, université de Paris IV), « L’armée k.u.k. bastion de la supranationalité ? »

Armando Pitassio (Professeur émérite, université de Pérouse), « Irrédentisme et nationalisme in Italie : un projet identique ?»

Catherine Horel (CNRS, UMR Irice, universités de Paris 1-Paris IV), « Les juifs, un peuple sans nation, incarnation du modèle supranational ou peuple vaincu ? »

 

Vendredi 23 mai 2014

Maison de la Recherche (université de Paris IV)

28 rue Serpente 75 006

 

La « victoire » des nations

 

9h00-12h00

Présidence de séance : Isabelle Davion

Antoine Marès (université de Paris 1, UMR Irice), « La victoire des nationalités : un mythe ou une réalité ? L’exemple tchécoslovaque (1918-1948) »

Tomasz Schramm (université de Poznan), « Le regard polonais (galicien) sur l’Autriche au XXe siècle »

 

Pause café

 

Ignác Romsics (Esterházy College, Eger), « La Hongrie et la question nationale en 1918-1919 »

Ulrike Harmat (Académie des sciences, Vienne), “The German-Austrians at the end of World War I – Wilson and the consequences”

 

14h30-17h30

Présidence de séance : Catherine Horel

Edi Miloš (université de Split),  « Les Croates dans la  Première Guerre mondiale : une nation à la croisée des chemins »

Dubravka Stojanović (université de Belgrade) « Les mémoires de la Première Guerre mondiale comme matrice de l’identité serbe depuis 1980 »

Božo Repe (université de Ljubljana), “World War I and the Slovenes »

 

Pause café

 

Traian Sandu (université de Paris III), « La Roumanie, une victoire à la Pyrrhus ? »

Étienne Boisserie (Inalco), « Outils et usages du lien tchéco-slovaque avant 1918. Réflexions sur l’espace politique slovaque »

 

La fin de l’Autriche-Hongrie programme


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search