Conférences : Balazs Ablonczy, Université Paris I Panthéon-Sorbonne, 12 et 15 mars 2018

L’Université Paris I Panthéon-Sorbonne a invité Balazs Ablonczy pour plusieurs conférences au mois de mars 2018. Habilité à l’Université Loránd Eötvös sur le sujet suivant : La collecte de preuves – Approches de l’histoire culturelle et de l’histoire des minorités, il est directeur de groupe de recherche à l’Académie hongroise des sciences. Après sa biographie de Pal Teleki et son habilitation (Nyombiztosítás – Letűnt magyarok. Kisebbség- és művelődéstörténeti tanulmányok [Collecte de preuves – Hongrois/Magyars disparus, écrits sur l’histoire culturelle et sur l’histoire des minorités] Bratislava, 2011, 288 p.), il a publié  :

  • A visszatért Erdély 1940-1944. [La Transylvanie réannexée, 1940-1944] Budapest, 2011, 280 p.
  • Keletre, magyar ! A magyar turanizmus története. [A l’Est, Hongrois ! Une histoire du touranisme hongrois] Budapest, 2016, 292 p.

Il interviendra :

Le lundi 12 mars de 16 h à 18 h sur « Entre quête identitaire et idéologie politique: le touranisme hongrois »

Beaucoup plus négligé de point vue historiographique que ses grands frères, l’eurasianisme russe, le panturkisme ou le sarmatisme polonais, le touranisme hongrois fut (et est toujours) un puissant courant d’idées, englobant plusieurs sensibilités intellectuelles. Né d’une interrogation sur la place de la langue hongroise parmi les langues européennes, sur ses parentés éventuelles, boosté par l’élan de la construction de la nation, teinté d’un impérialisme à la hongroise, le touranisme a vu ses jours de gloire il y a cent ans, durant la Première Guerre mondiale. L’ idée de la parenté ethnique avec les Turcs, Japonais, les peuples d’Asie Centrale, les Bulgares, les Finlandais et les Estoniens a eu des effets à court terme (expéditions, institutions, bourses, revues, moyens alloués par le gouvernement) et également inscrits dans la durée : «l’ouverture à l’Est» du gouvernement Orbán, les théories ésotériques sur la parenté hungaro-sumérienne et le grand rassemblement de Kurultáj, attirant plusieurs centaines de milliers de personnes en Hongrie reste difficilement compréhensible sans cette mise en perspective.

Et le jeudi 15 mars de 15 h à 17 h sur « Les sorties de guerre: le cas hongrois »

Pour l’historiographie hongroise, le Traité de Trianon qui clôt la guerre pour la Hongrie, signé le 4 juin 1920, cache presque tout. Tout aussi bien les années de guerre elles-mêmes que tout autre aspect non-politique et non-diplomatique de la fin de la guerre. Cette fois-ci, nous allons tenter de cerner un certain nombre de problèmes non relevés jusqu’à ce jour: les „révolutions superposées” de la fin de 1918 (paysanne, militaire, politique), les questions de l’approvisionnement (le charbon comme arme) et analyser le flux des réfugiés, les politiques d’Etat exercées à leur encontre et la mémoire de la guerre dans la société hongroise.

Ces séminaires auront tous lieu en salle F 604 à la Sorbonne (accès par le 14, rue Cujas).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.