parution : Elise Petit, Bruno Giner, « Entartete Musik ». Musiques interdites sous le IIIe Reich, éditions Bleu Nuit.

wpedd98106_0f

Elise Petit, Bruno Giner, 

« Entartete Musik ». Musiques interdites sous le IIIe Reich

« Entartete Musik », « musique dégénérée » : c’est sous cette désignation infamante que nous connaissons aujourd’hui les musiques frappées d’interdiction sous le IIIe Reich entre 1933 et 1945. Une expression qui désigne aussi bien le défunt Félix Mendelssohn que le jeune Kurt Weill ou le champion de la modernité Arnold Schönberg, sans oublier le jazz et la musique légère.
Quel est le point commun de toutes ces musiques si différentes ? La haine sans limite que vouent Hitler et ses ministres aux Juifs fournit l’explication principale. Mais parmi les « hommes à abattre » figurent également les communistes et les représentants de la modernité des années 1920, taxés de « bolchevisme » culturel.
À la « musique dégénérée », les idéologues nazis tenteront d’opposer une musique nationale-socialiste qui incarnerait brillamment le « Reich millénaire » largement au-delà de ses frontières. Dans un premier temps, ils glorifieront et détourneront les défunts maîtres de la grande tradition allemande, principalement Wagner, Beethoven et Bruckner, mais aussi deux personnalités encore vivantes, Richard Strauss et Hans Pfitzner. Les nombreuses aides à la création favoriseront ensuite l’avènement d’une kyrielle de jeunes compositeurs plus ou moins talentueux, dont l’Histoire ne retiendra guère que Carl Orff et Werner Egk. L’opéra et le répertoire populaire des Volkslieder seront également mis à contribution par un régime qui deviendra une véritable « dictature chantante ».
Parmi les très nombreux compositeurs ayant fui le régime nazi, quelques personnages emblématiques sont abordés plus en détail à la fin de l’ouvrage : Alexander von Zemlinsky, Arnold Schönberg, Anton Webern, Ernst Toch, Erwin Schulhoff, Paul Dessau, Paul Hindemith, Friedrich Hollaender, Erich Wolfgang Korngold, Hanns Eisler, Viktor Ullmann, Pavel Haas, Hans Krása, Kurt Weill, Ernst Krenek, Stefan Wolpe, Herbert Zipper, Karl Amadeus Hartmann, Louis Saguer, Norbert Glanzberg, Wilhelm Grätzer et Gideon Klein. La diversité de leurs parcours, de l’exil intérieur à l’industrie cinématographique hollywoodienne, de la compromission à la résistance, témoigne de situations parfois complexes mais toujours douloureuses sinon tragiques.

 

 La collection « Horizons » des éditions Bleu Nuit, qui s’adresse à un public de mélomanes avertis, propose des biographies de compositeurs ou des ouvrages synthétiques portant sur des corpus d’œuvres musicales ou des courants musicaux.
La sortie de l’ouvrage en librairie aura lieu le 24 avril prochain, mais vous pouvez d’ores et déjà consulter le résumé et vous le procurer à tarif préférentiel (pré-vente) sur le site de Bruno Giner : http://brunoginer.wix.com/brunoginer#!musiques-interdites/c1h5n

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *