Colloque : « Composer avec l’ennemi en 14-18 ? », 26-27 octobre 2017, Charleroi

COMPOSER AVEC L’ENNEMI EN 14-18 ?
(ou) LA POURSUITE DE L’ACTIVITÉ INDUSTRIELLE EN ZONES DE GUERRE
COLLOQUE EUROPÉEN TRANSFRONTALIER ; 26-27 OCTOBRE 2017 ; CHARLEROI ESPACE
MEETING EUROPÉEN (CEME ; SITE DES ANCIENNES VERRERIES FOURCAULT – DAMPREMY –
BELGIQUE)

JEUDI 26 OCTOBRE 2017

9h : ACCUEIL
9h30 : ALLOCUTION D’OUVERTURE DU COLLOQUE Paul Magnette, Bourgmestre de la
Ville de Charleroi
10h : Introduction Jean HEUCLIN, professeur émérite, Université catholique de
Lille
10h30-12h SÉANCES DE LA MATINÉE (présidence : Jean HEUCLIN)
« La question du charbon pendant la Grande Guerre. Entre régulation,
résistance et intérêt public », Guy COPPIETERS, chef de travaux, Archives
générales du Royaume, Bruxelles.
« Charbon et occupation – Panorama des bassins houillers du Centre et du
Couchant de Mons entre 1914 et 1918 », Camille VANBERSY, SAICOM, Centre
d’archives privées, site du Bois-du-Luc.

12h-13h : LUNCH

13h-16h SÉANCES DE L’APRÈS-MIDI (présidence : Kenneth BERTRAMS, chargé de
cours, Université libre de Bruxelles et membre de l’Académie royale de
Belgique)
« Raoul Warocqué. Un industriel charbonnier dans la guerre.  Une attitude
controversée », Yves QUAIRIAUX, conservateur honoraire des collections
régionales, Musée royal de Mariemont.
« L’usine à gaz de Sedan et le rôle de Louis Busson son directeur dans la
résistance face aux occupants », Nicolas CHARLES, Université de Paris-Sorbonne
& Jean-Louis MICHELET, ingénieur historien.
« Liège, 1914-1918 : complaisances, résistances et contrastes dans un paysage
industriel occupé », Arnaud PETERS, Centre d’histoire des sciences et des
techniques, Université de Liège.
PAUSE
« Un cas de contre-exemple de la mise en coupe réglée de l’industrie par
l’occupant allemand : la verrerie en zone belgo-française », Stéphane PALAUDE,
président de l’AMAVERRE.
« Une cristallerie d’art sous la menace du feu : les établissements Gallé et
les défis de la production industrielle en zone de guerre (1914-1918) » Samuel
PROVOST, maître de conférences, département d’histoire de l’art et
d’archéologie, Université de Lorraine.

18h30-22h : DÉCOUVERTE DES COLLECTIONS DU MUSÉE DES BEAUX-ARTS DE CHARLEROI ET
WALKING-DINNER

VENDREDI 27 OCTOBRE 2017

9h-12h30 SÉANCES DE LA MATINÉE (présidence : Michaël AMARA, Archives générales
du Royaume)
« Les déportations des ouvriers belges durant la Première Guerre mondiale :
logique industrielle ou improvisation ?  L’impact sur la population belge »,
Arnaud CHARON, chercheur, projet « The Great War from below », Archives
générales du Royaume, Bruxelles.
« Industrie du Verre en zone « annexée » : les Bezirke de Saarbrücken et de
Strasbourg et plus particulièrement la situation de la verrerie Vallerysthal
», Luc STENGER, chercheur en histoire.
« Industries métallurgiques et constructions électriques (les ACEC) au Pays de
Charleroi durant la Grande Guerre », Jean-Louis DELAET, directeur du Bois du
Cazier.
PAUSE
« Le maintien de la production de la sucrerie belge Couplet au cours de la
Grande Guerre », Ludovic LALOUX, maître de conférences, Université de
Bordeaux.
« L’industrie textile du Nord sous l’occupation, 1914-1918 :  une industrie
(presque) inactive », Simon VACHERON, Centre Roland Mousnier, Université de
Paris-Sorbonne.
« L’industrie sidérurgique belge pendant la Grande Guerre.  Le cas des Forges
de Clabecq », Madeleine JACQUEMIN, chef de travaux, Archives générales du
Royaume.

12h30-13h30 : LUNCH

13h30-16h SÉANCES DE L’APRÈS-MIDI (présidence : Carine GOUVIENNE, archiviste,
Ville et CPAS de Charleroi)
« Les usines belges délocalisées à l’étranger pendant la Grande Guerre »,
Michaël AMARA, chef de service, Archives générales du Royaume, Bruxelles.
« Le cluster du pays de Weppes occupé entre 1914 et 1918 :  une production qui
s’est poursuivie ? », Chantal DHENNIN, laboratoire HLLI, ULCO, Université
Lille Nord de France.
« La répression de la collaboration industrielle dans la province de Liège
après la Première Guerre mondiale », Alysson RIMBAUT, historienne agrégée.
« La SA Brevets Fourcault : victime de guerre ? », Catherine THOMAS,
conservateur, Musée du Verre de Charleroi.

CONCLUSION Stéphanie CLAISSE, Académie royale de Belgique


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *