Journée d’étude sur les opérations aéroportées depuis Kolwezi, 31 mai 2017, amphi Descartes Sorbonne

Journée d’étude


« Les opérations aéroportées depuis Kolwezi, histoire et représentations »

Organisation DELPAT-EMAT / Universités Paris1 Panthéon-Sorbonne Paris 4 – Sorbonne (UMR SIRICE)

31 mai 2017, Amphithéâtre Descartes

Flyer KOLWEZIFlyer KOLWEZI

Dès les années 1930, la France met sur pied les premières unités d’infanterie de l’air, mais c’est avec les stages organisés au sein de l’armée britannique pendant la Seconde guerre mondiale qu’une réelle impulsion leur est donnée. Outre des savoir-faire, elles y gagnent en particulier un style, mais aussi des références différentes qui se retrouveront au sein des anciens SAS, des chasseurs parachutistes, des commandos, etc. Après les expériences douloureuses des guerres d’Indochine et d’Algérie, marquées par des engagements extrêmement meurtriers qui donnent naissance aussi bien à la gloire militaire de combattants d’exception qu’à une forme de « légende noire » du parachutiste (cinéma, chansons, etc.), un voile discret est posé sur cette spécialité transverse au sein de l’armée de Terre (infanterie, cavalerie, artillerie, génie ; métropolitains, coloniaux et légionnaires ; appelés et engagés).

La persistance des opérations conduites par la France sur le continent africain (généralement pour un effectif limité) justifie pourtant le maintien d’une capacité TAP, sous la forme d’une division globalement stationnée dans le grand Sud-ouest avec son siège à Toulouse. L’opération Bonite, qui voit le largage du 2e régiment étranger de parachutistes sur Kolwezi en mai 1978, marque pour l’armée française le grand retour des troupes parachutistes sur le devant de la scène médiatique.

Au cours des années 1980-2000, l’une ou l’autre des unités aéroportées sont, successivement, presque systématiquement déployées pour chaque opération extérieure, sans que leur particularité « parachutiste » ne constitue un critère déterminant : considérées comme des troupes mieux entraînées, soumises à un régime d’alerte précis, elles effectuent fréquemment, mais pas exclusivement, des « entrées en premier » à l’occasion des différentes opérations extérieures (en particulier pour les régiments professionnalisés). Les engagements du XXIe siècle, en Afghanistan puis dans la bande sahélo-saharienne, marquent un retour remarqué du largage d’unités constituées dans un cadre tactique offensif. L’image même du parachutiste dans le grand public semble avoir totalement changé, comme en témoigne les nombreux reportages diffusés sur les différentes chaînes de télévision ces dernières années, ou les avis très majoritairement positifs exprimés par la population à l’occasion de différents sondages d’opinion.

Au regard de cette évolution générale, cette journée d’études se propose d’engager l’analyse historique de l’emploi des troupes aéroportées ces quarante dernières années et d’évaluer la part effective que ces unités prennent dans les opérations. Il s’agira également de définir la place spécifique des parachutistes dans les engagements contemporains et de s’interroger sur leur perception par la société civile aussi bien que par les décideurs politiques.

 

Matinée :

08h15-08h45 : Accueil des participants

08h50  Mot d’ouverture : Major général de l’armée de Terre, général de CA de La Chesnais

09h10 Propos introductifs à la journée d’études : Professeur AlyaAglan (Paris I) et professeur Olivier Forcade (Paris IV)

09h30
     Mai 1978 : la France redécouvre ses parachutistes

présidence François COCHET

  • Décisions d’engagement et déroulement de l’opération Bonite sur Kolwezi, LCL Rémy Porte
  •  Les parachutistes de l’armée de l’Air, CNE Jean-Christophe Pitard-Bouet)
  •  Evolutions doctrinales et adaptations des troupes aéroportées, entre Kolwezi et Serval, 
général Jean-Marie Delion
  • 2013-2016 : A nouveau, l’Afrique 

  • La planification des opérations Leopard et Lynx et leurs contraintes, général (2S) Xavier Vanden-Neste 
 Emploi des troupes parachutistes en BSS, LCL Joël Robert
  •  L’armée de l’Air et les OAP (Serval), LCL S. Michel
  • 11h15 : Débat avec la salle, questions/réponse

 

Après-midi :

  • 14h00 
 Les exemples alliés : évolutions et emploi des troupes aéroportées américaines et britanniques présidence LCL R. Porte
  • Exemple américain en Irak, Major Barry Lovett
  •  Les évolutions britanniques, LCL Simon Puxley
  •  Une autre opération aéroportée : le posé d’assaut, à travers l’exemple de l’opération 
Barracuda (1979), LCL Jérôme de Lespinois

 

  • 15h00 : Débat, questions/réponses

 

  • 15h20 : Pause

 

  • Le ou les parachutiste(s) ?
  • Présidence Jean-Dominique Merchet
  • Diversité des parachutistes au sein de l’armée de Terre (DEP/ETAP)
  •  L’image des parachutistes dans la France d’aujourd’hui (Bénédicte Chéron)
  • 16h20 : Débat, questions/réponses
  • 16h45 Conclusion scientifique : Professeur François Cochet (Université de Lorraine, Metz)
  • 17h00 Témoignage : G.A. Puga (Grand chancelier de l’ordre de la Légion d’honneur, lieutenant à Kolwezi)
  • En raison du régime de sécurité «Vigipirate» pour l’accès à La Sorbonne, inscription nécessaire auprès de : 
Colloque-delpat@laposte.net

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *