Appel à contributions : journée d’étude « Fait aérien, arme aérienne, et culture », deadline : 15 septembre 2017

Appel à communication – Fait aérien, arme aérienne, et culture

Novembre 2017

L’idée que « voler » constitue « le plus vieux rêve de l’humanité » demeure fermement ancrée dans l’imaginaire collectif. Ainsi, les représentations de la troisième dimension sont attestées dans toutes les périodes historiques et dans toutes les civilisations, de l’Antiquité aux sociétés du XXIe siècle, des récits mythologiques aux grosses productions hollywoodiennes. Elle se retrouve dans la plupart des formes d’arts, la peinture, la sculpture, l’architecture, etc… Ce regroupement des rapports entre l’homme et le ciel est régulièrement désigné par l’expression « fait aérien », qui englobe toutes les activités humaine dans cette troisième dimension : le transport, le sport et, bien sûr, la guerre. Ainsi, l’idée que réside dans le ciel une certaine forme de puissance coercitive et plus largement que lui soit associée une forme de pouvoir constituent également l’un de ces traits communs. On pense dès lors aux différentes figures divines telles que Zeus et sa foudre ou Dieu et ses châtiments, les différentes représentations du dragon, ou encore les récits de science-fiction de H.G. Wells, qui fut le premier à employer le terme de « puissance aérienne ».

Voler a donc donné naissance à une multitude d’objets culturels et il s’agit de comprendre les manifestations du fait aérien dans la culture et d’en cerner les contours en termes de représentations. Ainsi, Michael Paris, dans son ouvrage From the Wright Brothers to Top Gun, traite du rôle de l’aviation dans les différents projets nationalistes en Occident. De même, le cas de la traversée de la Manche par Louis Blériot est significatif des différentes représentations culturelles : si l’événement est accueilli avec enthousiasme en France où on célèbre l’exploit technique, ce n’est pas le cas au Royaume Uni où l’on y voit la perte d’une insularité quasi millénaire. Enfin, difficile de ne pas faire de lien entre la description des bombardements de New York par des Zeppelins allemands dans The Air War de H.G. Wells (1909) et les premiers développements théoriques sur le bombardement stratégique.

L’objectif de cette journée d’étude est d’explorer les représentations du fait aérien et de l’arme aérienne dans la culture, sous toutes ses formes, des figures mythologiques au « blockbuster » Top Gun, en passant par les romans de Jules Verne, mais également ceux de Romain Gary ou d’Antoine de Saint-Exupéry,… qui furent à la fois auteurs et pilotes. Il s’agit d’aborder certes le monde des représentations, mais également de voir en quoi elles ont influencé la matérialisation de la puissance aérienne, les programmes d’armements et les stratégies. Cette journée d’étude s’accompagnera d’un numéro de la revue Penser les ailes françaises sur le même thème.

Les propositions de communication doivent être envoyées à l’adresse suivante, jean-christophe.pitard-bouet@intradef.gouv.fr, pour le 15 septembre au plus tard. Elles ne doivent pas excéder 3 000 signes espaces compris, dans l’objectif de communications orales de vingt minutes. La journée d’étude se déroulera la semaine du 13 au 17 novembre, dans un lieu qui reste encore à définir.

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Ekani Thierry Serge dit :

    il est juste de consacrer une semaine de réflexion et d’échanges à l’arme aérienne. pour nous ressortissants de l’Afrique subsaharienne ou le phénomène de l’aviation est assez récent cela est particulièrement judicieux. permettez moi de partager cette réflexion avec vous sur l’impact de l’aviation sur la psychologie des peuples de la foret et leurs capacités de résistances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *