Interview d’Eric Bussière et de Clémentine Vidal-Naquet dans l’Histoire à propos du LabEx EHNE

Début 2016, une Encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe a été mise en place sur internet à l’initiative du Laboratoire d’excellence « Écrire une Histoire Nouvelle de l’Europe ». Clémentine Vidal-Naquet, la secrétaire générale du LabEx [1], et Éric Bussière, le directeur général, ont accepté de répondre à nos questions sur ce projet.

L’Histoire : Pourquoi avoir créée une encyclopédie pour une histoire nouvelle de l’Europe ?

Clémentine Vidal-Naquet et Éric Bussière : La création de cette encyclopédie correspond à une volonté de rendre compte du travail des chercheurs au public. Elle n’a pas vocation à être exhaustive mais à mettre à disposition un savoir pour construire une histoire renouvelée de l’Europe qui permettrait d’éclairer certains débats contemporains.
Le choix d’une version numérique permet un accès facilité à cette encyclopédie par le plus grand nombre et offre la possibilité de proposer des contenus multimédia en plus des articles rédigés par les chercheurs. De nombreuses archives photographiques et audiovisuelles sont ainsi disponibles.

L’Histoire : Quel est le public visé par cette encyclopédie ?

C. Vidal-Naquet et E. Bussière : L’encyclopédie a pour objectif d’être utile aux étudiants et aux enseignants en tant que support pédagogique. Mais elle vise également un public de curieux. Les articles sont rédigés de manière à être compréhensibles par des non-spécialistes : un travail important de relecture et d’édition est effectué pour correspondre à notre objectif de diffuser les travaux de chercheurs en dehors du milieu universitaire où ils sont trop souvent cantonnés.

L’Histoire : Qu’est ce qui distingue cette histoire « nouvelle » de l’Europe d’une « ancienne » histoire de l’Europe ?

C. Vidal-Naquet et E. Bussière : Cette histoire de l’Europe peut être qualifiée de « nouvelle » car elle n’est pas structurée de manière linéaire. Elle ne suit pas un déroulement chronologique à partir d’une date clef. Au contraire, la réflexion y est construite de manière transversale suivant de grandes thématiques qui se font écho et se complètent.

Les thèmes abordés sont également renouvelés par rapport à ce que l’on pourrait appeler une histoire « classique ». Ils s’éloignent d’une histoire politique pour se rapprocher des champs d’études plus récemment apparus dans la recherche historique comme ceux de l’histoire culturelle ou de l’histoire du genre. Sur le thème de la guerre on trouvera, par exemple, une série d’articles sur les représentations de la guerre, une autre sur les objets et les aspects matériels de la guerre, ainsi que des contributions sur la mémoire du siège de Leningrad (1941-1944), ou sur le rôle de la musique dans les camps de concentration, etc.

L’Histoire : Comment avez-vous sélectionné les thèmes abordés dans cette encyclopédie ? Et les articles ?

C. Vidal-Naquet et E. Bussière : Les sept grandes catégories présentes sur le site internet correspondent aux grands axes de recherche du LabEx. On y trouve ainsi les thèmes de l’humanisme, du genre, de la guerre, des échanges matériels, des relations de l’Europe avec le reste du monde, ainsi qu’une typologie des différents projets d’Europe politique. Un thème entier est consacré à l’histoire de l’art en Europe.

Nous avons, dans un premier temps, construit des problématiques solides sur les thèmes retenus. Puis des éclairages particuliers ont étés demandés à des spécialistes. Le travail de construction de la structure et de rédaction des premiers articles a fait l’objet d’une grande attention, le projet a été élaboré pendant presque trois ans avant l’ouverture du site internet en janvier 2016.

L’Histoire : Les articles sont éclairés par de nombreuses photos et archives filmées, comment ont été constitués ces fonds photographiques et audiovisuels ?

C. Vidal-Naquet et E. Bussière : Le fond est constitué d’un ensemble de photographies sur plaques de verre découvert dans les réserves du lycée Colbert, à Paris. Elles datent de la fin du XIXe et du début du XXe siècles et servaient de support pédagogique. Le lycée Colbert les a confié au LabEx pour les numériser. Les photographies sont donc intégrées au site de manière à enrichir les articles mais également en tant que fond d’archives consultable. Car elles sont une source à part entière pour étudier une représentation française du monde au début du XXe siècle.

L’encyclopédie présente également des vidéos d’archives grâce à un partenariat avec l’Institut national de l’audiovisuel (Ina). Normalement inaccessibles au public, un site dédié a été spécialement crée pour les héberger et les diffuser. Elles ont été sélectionnées par les historiens et les archivistes de l’Ina pour illustrer et compléter les textes présentés. Elles ajoutent ainsi une valeur pédagogique pour les enseignants et rendent le contenu de l’encyclopédie plus vivant.

L’Histoire : Quels développements envisagez-vous pour cette plateforme ?

C. Vidal-Naquet et E. Bussière : L’encyclopédie compte aujourd’hui environ 150 articles en français. Elle est enrichie au fur et à mesure de l’écriture de nouveaux articles et nous pensons qu’elle atteindra les 700 articles d’ici 2019, la plateforme devrait ensuite perdurer après 2020, date de fin du projet. En septembre une version anglaise a été ajoutée, les articles sont donc maintenant disponibles dans cette langue.

Des fiches pédagogiques seront prochainement mises en ligne en complément des articles. Elles sont rédigées par des enseignants et des chercheurs sous le contrôle de l’inspection générale de l’éducation nationale et proposeront des pistes de réflexion pour préparer des cours en rattachant les articles aux programmes scolaires.

Il est également prévu d’effectuer un travail d’analyse plus poussé sur le fond photographique et d’y intégrer certains cours que ces plaques de verre ont illustrés au XXe siècle. Nous pourrions ensuite envisager d’intégrer d’autres archives photographiques.

 

(Propos recueillis par Julia Bellot).

 

Notes :

1. Les LabEx rassemblent des équipes de chercheurs sur un projet particulier, ils ont été crées pour soutenir financièrement la recherche et lui donner une visibilité internationale.
http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid51355/laboratoires-d-excellence.html

 

http://www.lhistoire.fr/une-histoire-nouvelle-de-l%E2%80%99europe

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *