Publication : Corine Defrance, Catherine Horel et François-Xavier Nérard (dir.), « Vaincus ! Histoire de défaites en Europe », Paris, Nouveau Monde, 2016

Présentation de collection

L’apparent désordre de notre époque déconcerte dans une Europe aujourd’hui en crise – mais ne l’a-t-elle pas souvent été dans les siècles derniers?
Mieux comprendre d’où nous venons pour mieux nous projeter dans l’avenir, telle est l’ambition de la collection Pour une histoire nouvelle de l’Europe.
La démarche scientifique est originale, car l’Europe du XVIIIe au XXIe siècle est appréhendée dans son ensemble par-delà les entités nationales qui la composent, dans un faisceau de relations mondiales et à travers des
angles d’attaque renouvelés. Il y est en effet question du rôle des défaites, des transitions technologiques, des grands courants artistiques et leurs réinterprétations successives, des idéologies et des différentes lectures de l’histoire par les historiens de l’Europe eux- mêmes.
Cette collection est l’œuvre d’historiens aux approches multiples qui croisent les champs du politique, du culturel, du genre, etc., pour proposer une compréhension renouvelée de l’histoire de notre continent.

 

présentation de l’ouvrage du groupe de travail « Guerres et traces de guerre »,

sortie 27 octobre 2016

Vaincus ! Histoires de défaites, Europe XIXe-XXIe siècles

Sous la direction de Corine Defrance, Catherine Horel et François-Xavier Nérard

 

sans-titre

«Les vainqueurs sont ceux qui écrivent l’Histoire», a-t-on souvent affirmé. Mais qu’en est-il des vaincus? La défaite est-elle vraiment sans histoires?

Des guerres napoléoniennes à la guerre froide, l’Europe a été au cours de ces deux derniers siècles un continent déchiré par des guerres redéfinissant toujours vainqueurs et vaincus.

Longtemps seuls les historiens du fait militaire ont tenté de comprendre la défaite, elle sort désormais des champs de bataille pour interroger les récits nationaux. Elle interpelle, avec son lot de héros, de martyrs, d’exilés et de traîtres, et devient un lieu d’expériences et de mémoires.

La défaite prend aujourd’hui sa revanche.

 

 

A suivre :

L’Europe en transitions. Énergie, mobilité, communication (XVIIIe-XXIe siècles)
Sous la direction d’Yves Bouvier et Léonard Laborie

Depuis deux siècles, la culture matérielle européenne s’est structurée autour des infrastructures d’énergie, de communication et de mobilité. Il n’est qu’à penser à l’importance de l’électricité aujourd’hui, sans laquelle bien des choses qui nous entourent ne fonctionneraient pas. Demain, avec les objets connectés, la réalité de cette tendance ne sera que plus claire encore. Les approches historiennes de ces changements ont longtemps privilégié la perspective de la rupture, de la révolution. Ce livre collectif montre ce que l’on gagne à poser la question du passage, de la transition. Ce faisant, il fait plus qu’écho à l’impératif omniprésent de transition vers un développement durable: il en éclaire les racines et montre que le chemin n’est jamais tracé d’avance.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *